Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Comment mobiliser ses droits à la formation ?

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables.

 

Le Compte Personnel de Formation (CPF) est un droit personnel. Il ne peut être mobilisé qu'à l’initiative de son bénéficiaire (salarié, chômeur). L’employeur ne peut pas imposer d’utiliser les heures du compte pour suivre une formation, même si celle-ci est éligible dans le cadre du compte formation.

 

  • Mobilisation par un salarié

Quand un salarié veut suivre une formation dans le cadre du compte personnel de formation, il doit d’abord s’adresser à son OPCA, qui vérifiera si la formation est éligible…

Concernant les relations salarié/employeur, il faut envisager deux cas de figure :

  1. si la formation a lieu en dehors du temps de travail, elle n’est pas soumise à l’accord de l’employeur ; le salarié dispose librement de son compte ;
  2. mais si la formation est programmée en tout ou partie pendant le temps de travail, le salarié doit demander l'accord préalable de l'employeur sur le contenu et le calendrier de la formation. Toutefois, pour certaines formations, l’employeur ne peut s’opposer au contenu de la formation, et ne peut opposer un refus qu’en ce qui concerne le calendrier de la formation.

L'absence de réponse de l’employeur vaut acceptation de la demande du salarié.

Lors d’une demande de formation nécessitant l’accord préalable de l’employeur, le salarié doit adresser sa demande :

  1. au moins 60 jours calendaires avant le début de la formation, lorsque la durée de cette dernière est inférieure à 6 mois
  2. au moins 120 jours calendaires avant le début de la formation, lorsque la durée de cette dernière est supérieure ou égale à 6 mois.

À compter de la réception de la demande, l’employeur dispose d’un délai de 30 jours calendaires pour notifier sa réponse.

Formation hors temps de travail

Accord de l’employeur nécessaire sur les dates de formation

Accord de l’employeur nécessaire sur le contenu de la formation

Toutes formations

Non

Non

Formation pendant tout ou partie du temps de travail

Accord sur les dates de formation

Accord sur le contenu de la formation

Formation sur le socle de connaissances et de compétences

Accompagnement VAE

Formation au titre des heures supplémentaires en cas de non-respect des obligations de l'employeur au titre de l'entretien professionnel

Cas prévus par accord de branche, d’entreprise ou de groupe

Oui

Non

Toutes les autres formations

Oui

Oui

 

  • Mobilisation par un demandeur d'emploi

Les demandeurs d’emploi peuvent utiliser, pendant leur période de chômage, les heures acquises au titre de leurs périodes de travail.

Il faut distinguer deux cas de figure :

  1. l’allocataire dispose d’un nombre suffisant d’heures sur son compte pour couvrir la formation : son projet de formation sera automatiquement validé au titre de son projet personnalisé d'accès à l'emploi. Cependant, un refus de financement par Pôle emploi est possible si le montant de la formation est supérieur aux capacités de financement que représentent les heures du compte personnel de formation. La prise en charge des frais annexes (transport, repas, hébergement) est accordée en fonction des règles de prise en charge de Pôle Emploi ;
  2. l’allocataire ne dispose pas d’un nombre suffisant d’heures sur son compte : son projet de formation est alors évalué par son conseiller Pôle emploi qui propose, le cas échéant, de recourir à des financements complémentaires disponibles.

 

  • Modalités de prise en charge

Selon le nombre d’heures inscrit sur le compte, la formation peut être prise en charge en totalité ou en partie.

Si elle ne peut pas être totalement prise en charge, d’autres financements (nommés abondements) peuvent être recherchés (cf. ci-dessus).

Les frais pédagogiques et annexes (frais de transport, repas et d’hébergement, etc.) liés à la formation pendant ou hors temps de travail sont pris en charge par l’OPCA selon leur coût réel. Pour les demandeurs d’emploi, la prise en charge est faite par le FPSPP.

Si la formation a lieu sur le temps de travail, la rémunération du salarié est maintenue par l’employeur.

Lorsque la formation a lieu pendant le temps de travail, l’OPCA peut prendre en charge la rémunération du salarié, sous réserve de l’accord exprès du conseil d’administration dans la limite de 50 % du montant total pris en charge par cet organisme pour le financement de la formation des heures inscrites sur le compte.

En présence d’un accord collectif sur le financement du compte personnel de formation, l’employeur peut prendre en charge la rémunération dans la limite de 50 % des fonds affectées par l’entreprisse au  financement des heures inscrites au compte. Cette faculté de prise en charge doit être prévue par l’accord collectif.

Partager cet article !

Réagir à cet article

Entrepreneur

Icon Utilisateur

23/07/2015

Equipe Wikipme

Mots clés : Formation professionnelle DIF CPF CIF OPCA FPSPP VAE

Ces articles pourraient vous intéresser

Existe-t-il une obligation de formation des sal...

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables.   En matière de formation professionnelle, l’employeur n’est pas seulement tenu de payer les cotisations formation obligatoires. Il doit également mettre en œuvre de manière effective son obligation de formation sous peine d’être redevable de dommages et intérêts au profit des salariés. Cette obligation est indépendante du droit du salarié de se former dans le cadre du droit individuel à la formation (DIF), ou du compte personnel de formation, qui entre en vigueur en 2015.   L'obligation légale de formation La loi impose à l’employeur de former les salariés : « l’employeur assure l’adaptation des salariés à leur poste de travail. Il veille au maintien de leur capacité à occuper un emploi, au regard notamment de l’évolution des emplois, des technologies et des organisations. Il peut proposer des formations qui participent au développement des compétences, ainsi qu'à la lutte contre l'illettrisme. Les actions de formation mises en œuvre à ces fins sont prévues, le cas échéant, par le plan de formation ».   L’accès à la formation professionnelle Cet accès est assuré : soit à l’initiative de l’employeur dans le cadre du plan de formation, pendant le temps de travail ; soit à l’initiative du salarié dans le cadre du CIF (congé individuel de formation) ou du compte personnel de formation, hors du temps de travail ; soit à l’initiative du salarié avec l’accord de l’employeur dans le cadre du DIF ou du compte personnel de formation, pendant le temps de travail ; soit par le biais des contrats de professionnalisation.   Le plan de formation comprend deux types d’actions de formation : les actions d’adaptation au poste de travail ou liées à l’évolution des emplois ou au maintien dans l’emploi, et les actions destinées au développement des compétences. Les actions d’adaptation au poste ou liées à l’évolution dans l’emploi peuvent être imposées au salarié. Le refus d’y participer peut constituer un motif de licenciement. En revanche, le salarié peut valablement refuser de suivre des actions de développement des compétences qui se dérouleraient hors du temps de travail effectif, ainsi qu’un bilan de compétences ou une validation des acquis de l’expérience.   En savoir plus sur les sanctions que risque l'employeur en cas de défaut de formation.

Création et fonctionnement d'une Société à Resp...

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables.   Création, fonctionnement, statut de l'entrepreneur : quelles sont les principales caractéristiques de la Société à Responsabilité Limitée (SARL) ? Explications sur les dimensions constitutives de ce statut juridique.   Création Constitution Capital Son montant est librement fixé par les statuts. Il est divisé en parts sociales de valeur nominale égale. Possibilité de capital variable. Associés De 2 à 100. Ils n’ont pas la qualité de commerçant. Durée La durée de la société doit figurer dans les statuts. Elle est au maximum de 99 ans à compter de l’immatriculation de la société au Registre du commerce et des sociétés. . Apports Les apports en numéraire doivent être libérés pour 20 % au moins au moment de la constitution, le solde devant être libéré dans les cinq ans suivant l’immatriculation de la société au Registre du commerce et des sociétés. Les apports en nature doivent être évalués dans les statuts au vu d’un rapport établi par un commissaire aux apports. Les associés peuvent décider à l’unanimité de ne pas recourir à un commissaire aux apports pour leur évaluation si aucun apport en nature n’a une valeur qui excède 30 000 € et si la valeur globale de ces apports n’excède pas la moitié du capital. Des apports en industrie consistant en la mise à disposition de connaissances techniques, de travail ou de services, peuvent être effectués. Acte constitutif Les statuts doivent être établis par écrit et contiennent des mentions obligatoires. Publicité La constitution de la société doit faire l’objet d’une insertion dans un journal d’annonces légales. Elle fait également l’objet d’une insertion au bulletin officiel des annonces civiles et commerciales (BODACC) à la diligence du greffier du tribunal de commerce. Immatriculation Le dossier d’immatriculation au Registre du commerce et des sociétés (RCS) doit être déposé au centre de formalités des entreprises (CFE) de la chambre de commerce et d’industrie (CCI) ou de la chambre de métiers et de l’artisanat (CMA) selon la nature de l’activité et le nombre de salariés.   Fonctionnement Fonctionnement Gouvernance et prise de décision Le nombre de gérants est librement fixé par les statuts. L’étendue de leurs pouvoirs est déterminée par les associés, qui peuvent les limiter dans les statuts. Toute décision nécessitant une modification des statuts doit être prise en AGE. Nomination et révocation des gérants Les gérants sont nommés dans les statuts ou dans un acte annexé aux statuts. La durée de leurs fonctions est fixée par les statuts. Les gérants peuvent être reconduits ou révoqués à la majorité de plus de la moitié des parts sociales ou à une majorité supérieure si les statuts le prévoient. Obligations comptables Obligations comptables de droit commun. Compte bancaire séparé Oui Dépôt des comptes sociaux Dépôt au greffe du tribunal de commerce. Les SARL répondant aux critères de la micro-entreprise définis par l’article D.123-200 du Code de commerce sont : - dispensées du dépôt des annexes si elles ne dépassent pas au titre du dernier exercice comptable deux des trois critères suivants : total du bilan ≤ à 350 K€, CA net ≤ à 700 K€, ≤ à 10 salariés, - tenues de déposer leurs comptes annuels mais peuvent déclarer, sauf exceptions, que les comptes annuels qu’elles déposent ne seront pas rendus publics. Publicité au BODACC à la diligence du greffier. Obligations juridiques Assemblée générale ordinaire annuelle Droit des entreprises en difficulté Livre sixième du code de commerce. Régime d’imposition En principe impôt sur les sociétés, mais possibilité d’opter pour l’impôt sur le revenu pour les SARL de famille et, sous certaines conditions, pour les SARL de moins de 5 ans.   Statut de l'entrepreneur Statut du dirigeant et des associés Dirigeants Responsabilité des gérants Les gérants sont responsables civilement et pénalement des fautes commises dans leur gestion. Ils sont également responsables fiscalement en cas de fraude ou de non-respect répété des obligations fiscales. Régime social des gérants Gérant majoritaire : régime social des non-salariés. La part des dividendes, qui excède 10 % du capital social et des primes d’émission et des sommes versées en compte courant détenus par les gérants majoritaires, leur conjoint et leurs enfants mineurs, est soumise aux cotisations sociales. Gérant minoritaire ou égalitaire : assimilation au régime des salariés pour la sécurité sociale et l’assurance vieillesse. Régime fiscal des gérants SARL soumise à l’impôt sur les sociétés : traitements et salaires. SARL ayant opté pour l’impôt sur le revenu : catégorie de revenus (bénéfices industriels et commerciaux, bénéfices non commerciaux) dont relève l’activité de la société. Associés Responsabilité des associés La responsabilité des associés est limitée au montant de leurs apports, sauf en cas de faute de gestion ou de caution personnelle accordée sur des prêts consentis à la société. Régime social des associés Régime social des salariés si l’associé bénéficie d’un contrat de travail et ne s’immisce pas dans la gestion de la société. Régime des non-salariés en cas d’immixtion. Régime fiscal des associés Dividendes imposables dans la catégorie des revenus de capitaux mobiliers.   En savoir plus sur les avantages et les inconvénients d'une SARL.

Complémentaire santé collective : quelles oblig...

Cette fiche est rédigée par Humanis.   À partir du 1er janvier 2016, toutes les entreprises du secteur privé devront proposer à leurs employés une complémentaire santé dans le cadre de la loi de sécurisation de l’emploi. Tour d’horizon des principales obligations à respecter dans la mise en place de ce contrat collectif.   Une complémentaire santé collective, responsable et solidaire Elle doit couvrir un ensemble de garanties minimales appelées « panier de soins ». Ce panier de soins comprend : la totalité du ticket modérateur pour tous les actes, à l’exclusion des médicaments remboursés à hauteur de 15 % ou 35 % par l’Assurance maladie, de l’homéopathie et des cures thermales, l’intégralité du forfait journalier hospitalier, sans limitation de durée, les soins dentaires prothétiques et soins d’orthopédie dentofaciale à hauteur d’au moins 125 % du tarif de la Sécurité sociale, un équipement d’optique (monture + verres) tous les deux ans, sauf pour les mineurs ou en cas d’évolution de la vue. Dans ce cas, la période de prise en charge est d’un an. Cette complémentaire santé collective doit être qualifiée de responsable et solidaire selon les exigences de la Loi de financement de la Sécurité sociale pour 2014. Ce nouveau critère doit être appliqué à tous les contrats souscrits ou renouvelés à partir du 1er avril 2015. Les entreprises ont jusqu’à décembre 2017 pour mettre à jour tous les autres contrats. Si ce n’est pas mis en place, l’entreprise ne pourra bénéficier d’exonérations de certaines charges sociales et fiscales.   Une participation minimale de 50% L’employeur doit participer à hauteur d’au moins 50% des frais de cotisations. Le reste est à la charge du salarié. Les employés pourront également choisir une option : la sur-complémentaire santé qui améliore la prise en charge de certains soins. Elle sera à la charge du salarié qui souhaite la souscrire.   Une portabilité de 12 mois Les salariés dont le contrat de travail est rompu ou arrivé à son terme continuent à être couverts –sous certaines conditions - par la complémentaire santé pendant 12 mois depuis le 1er juin 2014. L’employeur doit, dans ce cadre, signaler le maintien de ces garanties à leurs anciens salariés et informer l’organisme assureur à chaque rupture ou fin de contrat.   Une notice d’information Une notice d’information rédigée par l’assureur doit être communiquée aux salariés par l’entreprise. Elle doit comprendre : la présentation des garanties, leur modalité d’application, les formalités à accomplir, les éventuelles modifications apportées aux droits et obligations des salariés, avant leur entrée en vigueur.   En savoir plus : vous souhaitez faire bénéficier à vos salariés d’une couverture santé collective qui répond à ces nouvelles exigences réglementaires ? Optez pour le pack Humanis SAFE, Santé Facile !

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

Votre spécialiste du cuir à Limoges

L’entreprise Cuir Lifting-Cordonnerie des Halles située à Limoges, dans le département de la Haute -Vienne, est spécialisée dans la rénovation du cuir.

0

Lire la suite

Si la formation pro suivait le modèle de Netflix

FORCES développe un supermarché de la formation en ligne et anticipe la réforme de la formation professionnelle.   La réforme de la formation professionnelle en

0

Lire la suite

Dernières questions

Bonjour, j'aimerais bien avoir quelques tips concernant le SEO, je souhaiterai mieux comprendre comment obtenir des bons backlinks, et j'aimerais bien savoir qu'est-ce qu'un bon backlink. Merci !

0

Répondre

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté