Filtre : Tous

Icon Utilisateur

COMMENT FAIRE AVEC MON BANQUIER ?

La relation entre votre PME et votre banque, ou vos banques si vous en avez plusieurs, est essentielle pour vous comme pour vos banquiers. C’est d’abord une relation de partenariat qui vous lie, avec pour objectif commun la pérennité et le développement de votre PME, autour de l’identification des besoins de votre activité et vos projets. La banque vous conseille et s’efforcer de vous apporter des solutions, elle recherche pour vous des services et des financements adaptés, en réponse à vos attentes.

CREER LA CONFIANCE

Votre relation avec votre banque est d’abord fondée sur la confiance. Vous travaillez avec elle et vous lui confiez l’activité financière de votre PME parce que vous connaissez ses produits et services, qu’ils sont adaptés à votre activité et parce que vous connaissez votre conseiller bancaire et d’autres experts de votre banque.

Votre banque a aussi confiance dans votre PME : votre conseiller vous connaît, il comprend votre activité et il partage, avec ses responsables au sein de sa banque, la stratégie que vous conduisez dans votre entreprise. Votre banque vous accompagne dans vos besoins réguliers, dans vos nouveaux projets, et peut-être aussi dans des périodes où l’activité est plus tendue.

 

DIALOGUER ENSEMBLE                                                             

 

Pour que la relation de confiance soit réciproque entre vous et votre banquier, vous devez d’abord échanger ensemble en toute transparence sur votre PME : passer en revue la période écoulée, vos perspectives d’activité, la stratégie poursuivie et les besoins de financement qui peuvent en découler. Votre banque a besoin d’une information claire sur votre entreprise et d’échanger sur votre stratégie afin d’anticiper les réponses possibles.

 

A savoir : si votre PME a plusieurs banques, vous pouvez entretenir ce dialogue en bilatéral avec chacun de vos conseillers ou vous pouvez également les réunir pour croiser les informations disponibles, leurs points de vue et leurs observations. Ces réunions peuvent prendre la forme de « réunions de transparence » souvent utiles pour présenter vos bilans annuels, vos projets à venir et les estimations de financement qui vous seront utiles pour les mener à bien.

 

 

ANTICIPER LES PROJETS OU LES DIFFICULTES

Une des clés dans votre relation réside aussi dans l’anticipation… Il est plus facile que vous, patron de PME, échangiez en amont avec votre conseiller bancaire sur des opportunités que vous identifiez (développement sur de nouveaux produits ou marchés, opération de croissance externe …) et plus encore si vous rencontrez une quelconque difficulté. Plus tôt vous serez entrés en contact, mieux vous pourrez rechercher des solutions ensemble ; la panoplie de ces solutions sera aussi plus étendue.

 

Attention : en cas de difficultés, dissimuler la réalité à son banquier ou essayer de « gagner du temps » n’est général pas bénéfique. En effet, vous vous empêchez alors de rechercher des solutions viables : cela contribue à détériorer les relations.

 

Le dialogue avec votre banquier s’appuie sur la communication de données fiables : vous avez besoin dans la gestion de votre PME de clarté pour savoir où vous allez. Votre banque doit aussi avoir accès à des données réalistes sur votre entreprise, son activité et ses perspectives, pour adapter ses réponses possible en termes de financement.

Différents tableaux de bord sur votre PME qui feront l’objet d’échanges : plan de financement, trésorerie, prévisionnels[1]… Ces éléments peuvent être préparés avec vos conseils (comme votre expert comptables). Ils serviront lors des entretiens de suivi réguliers entre votre banque et votre PME, ainsi qu’en appui des demandes de financement.

 

A savoir : Au-delà des données sur l’entreprise, l’entretien avec votre banquier peut se dérouler « in situ » dans votre PME. Vous pourrez utilement détailler les spécificités de l’entreprise, de votre secteur d’activité ou encore des profils de clientèle sélectionnés. Votre banquier aura aussi une vision plus transparente et pratique.

 

 

GERER LES DESACCORDS

 

Comme pour toute relation (celles avec vos clients, vos fournisseurs, les autres entreprises de votre secteur…), les différences de vues sont toujours possibles entre vous et votre banquier. En premier lieu, il faut essayer de vous rencontrer au plus vite et exposer les points de vue afin de rechercher la meilleure solution avec votre conseiller. Si les points de vue divergent toujours, vous pouvez demander à rencontrer un autre responsable de votre banque ou contacter le service de relation clientèle.

 

 

A savoir : Si votre entreprise a un besoin de financement que vous n’avez pas obtenu par votre banque et que vous jugez votre démarche légitime, vous avez la possibilité de solliciter l’intervention de la médiation du crédit aux entreprises, en déposant une demande depuis le site internet : www.mediateurducredit.fr. Ce dispositif, créé fin 2008, permet de rechercher des solutions possibles aux difficultés de trésorerie et de financement des entreprises et des PME, avec les médiateurs nationaux et départementaux et la participation active des banques, qui ont nommé des correspondants dans chacun des leurs réseaux. En 2015, la médiation du crédit aux entreprises, avec les banques, a permis de rechercher des solutions de financement pour un peu plus de 2 000 entreprises avec un taux de réussite de 2 sur 3.

 

en savoir plus : www.aveclespme.fr

 

Partager cet article !

Réagir à cet article

Entrepreneur

Icon Utilisateur

07/10/2016

Equipe Wikipme

Mots clés : fbf fédération bancaire française banquier

Ces articles pourraient vous intéresser

Insolvabilité, non-paiement… N’ayez plus peur a...

 Insolvabilités, délais ou défauts de paiement, particularités internationales… Une entreprise, quelle que soit sa taille, doit parfois faire face à des impayés.L’assurance-crédit vient aider les entreprises pour éviter et/ou faire face à ces situations. L’assurance-crédit, quèsaco ?L’assurance-crédit est une garantie pour toutes les entreprises qui souhaitent se protéger contre les risques d’impayés, d’insolvabilités de leurs clients ou encore des contraintes extérieures liées au marché international.Ce type d’assurance permet aux entreprises d’être informées contre les risques qu’elles encourent, pour les protéger et les guider.Il s’agit également de les aider à rebondir face à un impayé, via un recouvrement, une optimisation de trésorerie ou encore des indemnisations sur les pertes générées par le non-paiement.Vous êtes une entreprise à vocation internationale ?L’assurance-crédit est également là pour vous !Chaque pays est régi par ses propres règles qui sont souvent différentes du marché français. Il faut les connaître et s’adapter.Des particularités liées au marché, des délais de paiement différents… L’assureur-crédit est également là pour vous aider dans ces nouvelles démarches et vient garantir les paiements.Good to Know :Certains montants sont assurés sur vos factures en fonction de votre contrat d’assurance-crédit. Lors d’un défaut de paiement, l’assurance-crédit garantit les sommes qui sont assurées à hauteur de l'encours défini dans le contrat. Comment Coface peut vous aider ?Avec ses offres d’assurance-crédit, Coface est là pour vous aider :Easyliner : pour une assurance-crédit TPE /PME 100 % onlineTradeliner : pour une assurance-crédit PME / ETI et contre les risques d’impayésPour tout savoir sur l’assurance-crédit cliquez ici !___________________________________Les clés du succès pour développer son entrepriseA l’heure où beaucoup de jeunes entreprises renoncent à se développer faute d’éclairages ou de conseils, Coface publie un guide éclairant et pragmatique à destination des entreprises, afin de leur donner les repères adaptés à leur taille et à leurs besoins.Cliquez ici pour télécharger le livre blanc

Comment financer un projet innovant ?

Cette fiche a été rédigée par BNP Paribas. Qu’entend-on par projet innovant ? Les innovations sont bien souvent réduites aux innovations technologiques, mais une innovation peut être d’ordre organisationnel, marketing, social…. Il existe plusieurs étapes pour financer votre projet innovant.Le love money (en capitalisant sur des réseaux d’amis ou de famille)Epargne personnelleLe crowdfundingLes prêtsLes business Angels ou fonds de capital risque. COMMENT BNP PARIBAS AIDE-T-ELLE LES WIKINAUTES ?Elle vous aide en phase de naissanceVous recevez de l’aide de la part de votre chargé d’affaires Innovation pour des conseils en matière de R&D et de faisabilitéLa banque vous apporte une expertise en face de lancementEt elle vous accompagne dans votre développement En savoir plus sur le financement de votre projet.En savoir plus sur le crowdfunding.

Comment est financé le compte pénibilité (C3P) ...

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables.   Le compte pénibilité est financé par deux nouvelles cotisations patronales. Une cotisation générale est applicable à toutes les entreprises à compter de 2017. Par ailleurs, dès 2015, une cotisation spécifique est applicable aux entreprises employant des salariés exposés au-delà des seuils de pénibilité.    Cotisation générale Une cotisation générale est applicable à toutes les entreprises à compter de 2017. Elle est assise sur la rémunération versée à l’ensemble des salariés entrant dans le champ d’application du compte, sans qu’il soit nécessaire que ces salariés soient soumis à des facteurs de pénibilité. Pour une entreprise de droit privé, la cotisation est calculée sur l’ensemble des rémunérations de ses salariés.   Cotisation spécifique Dès 2015, une cotisation spécifique est applicable aux entreprises employant des salariés exposés au-delà des seuils de pénibilité. Cette cotisation est assise sur la rémunération versée aux salariés exposés au-delà des seuils de pénibilité au cours de chaque période. Le paiement de cette cotisation est annuel. Elle doit être versée au plus tard le 31 janvier de l’année suivant l’exposition (le 15 février pour les employeurs du secteur agricole).   Exemple L’employeur ayant occupé en 2015 des salariés exposés au-delà des seuils pour l’un des 4 facteurs en vigueur, devra verser la cotisation spécifique au plus tard le 31 janvier 2016.   Le tableau ci-après récapitule les taux applicables à chaque cotisation. Taux de cotisation pénibilité   2015 2016 2017 Cotisation générale (tous les salariés) 0 % 0 % 0,01 % Cotisation spécifique (salariés exposés) Mono-exposition 0,10 % 0,10 % 0,20 % Poly-exposition 0,20 % 0,20 % 0,40 %     L’assiette de la cotisation est constituée par la rémunération brute au sens de la sécurité sociale. Ces cotisations sont recouvrées dans les mêmes conditions et selon les mêmes modalités que les cotisations de sécurité sociale (Urssaf, caisse de MSA dans le secteur agricole ou CGSS dans les DOM).   En savoir plus sur le Compte Personnel Prévention de la Pénibilité (C3P).

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

UN PROFESSIONNEL DE LA TOITURE A VOTRE SERVICE A ROUSSINES (36) !

L’entreprise Chauvain Fréderic est une référence dans le domaine des travaux de toitures. Assurant la pose et la réparation de vos couvertures, elle est sollicit&eacu

0

Lire la suite

Les ETS FERRET, spécialistes des travaux paysagers à Villefontaine

Situés à Villefontaine, les ETS FERRET sont spécialisés dans les travaux d’entretien d’espaces verts et de démoussage de toiture. Nous sommes une entrepr

0

Lire la suite

Dernières questions

Bonjour, j'aimerais bien avoir quelques tips concernant le SEO, je souhaiterai mieux comprendre comment obtenir des bons backlinks, et j'aimerais bien savoir qu'est-ce qu'un bon backlink. Merci !

0

Répondre

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté