Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Comment est financé le compte pénibilité (C3P) ?

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables.

 

Le compte pénibilité est financé par deux nouvelles cotisations patronales. Une cotisation générale est applicable à toutes les entreprises à compter de 2017. Par ailleurs, dès 2015, une cotisation spécifique est applicable aux entreprises employant des salariés exposés au-delà des seuils de pénibilité. 

 

  • Cotisation générale

Une cotisation générale est applicable à toutes les entreprises à compter de 2017. Elle est assise sur la rémunération versée à l’ensemble des salariés entrant dans le champ d’application du compte, sans qu’il soit nécessaire que ces salariés soient soumis à des facteurs de pénibilité. Pour une entreprise de droit privé, la cotisation est calculée sur l’ensemble des rémunérations de ses salariés.

 

  • Cotisation spécifique

Dès 2015, une cotisation spécifique est applicable aux entreprises employant des salariés exposés au-delà des seuils de pénibilité. Cette cotisation est assise sur la rémunération versée aux salariés exposés au-delà des seuils de pénibilité au cours de chaque période. Le paiement de cette cotisation est annuel. Elle doit être versée au plus tard le 31 janvier de l’année suivant l’exposition (le 15 février pour les employeurs du secteur agricole).

 

Exemple

L’employeur ayant occupé en 2015 des salariés exposés au-delà des seuils pour l’un des 4 facteurs en vigueur, devra verser la cotisation spécifique au plus tard le 31 janvier 2016.

 

Le tableau ci-après récapitule les taux applicables à chaque cotisation.

Taux de cotisation pénibilité

 

2015

2016

2017

Cotisation générale

(tous les salariés)

0 %

0 %

0,01 %

Cotisation spécifique

(salariés exposés)

Mono-exposition

0,10 %

0,10 %

0,20 %

Poly-exposition

0,20 %

0,20 %

0,40 %

 
 

L’assiette de la cotisation est constituée par la rémunération brute au sens de la sécurité sociale.

Ces cotisations sont recouvrées dans les mêmes conditions et selon les mêmes modalités que les cotisations de sécurité sociale (Urssaf, caisse de MSA dans le secteur agricole ou CGSS dans les DOM).

 

En savoir plus sur le Compte Personnel Prévention de la Pénibilité (C3P).

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Pourquoi se faire accompagner pour obtenir des ...

Les primes et subsides existent bel et bien en Belgique Depuis quelques temps, les primes et les subsides proposés par les pouvoirs publics ne cessent de sortir de la bouche des dirigeants, des chefs d'entreprise et même des indépendants ayant des projets et des business à promouvoir en Belgique. Effectivement, il existe au moins 400 primes à privilégier. Seulement, les procédures d'obtention sont fastidieuses et complexes. Des démarches complexes qui font l'objet de recul Nombreux sont les dirigeants et les chefs d'entreprises qui souhaitent profiter des primes et subsides offerts par les pouvoirs publics à Bruxelles. Toutefois, c'est souvent sur la complexité de la procédure et des démarches fastidieuses sur les paperasses administratives que ces premiers reculent. La bonne nouvelle c'est qu'il est maintenant possible de se faire accompagner par un consultant spécialiste de l'obtention de ces aides. Qui peuvent profiter des primes et subsides à Bruxelles ? En effet, les domaines bénéficiaires de ses primes et subsides sont les suivants : Les investissements généraux L’exportation Consultant extérieur L’environnement Mise aux normes Européennes de vos installations Recrutement et formation du personnel Sécurisation de votre entreprise Les consultants en primes de Novaprime vous guident et vous orientent pour que votre activité reçoive tous les bénéfices des aides. Le recours à un chasseur de primes Pour le chasseur de primes Novaprime, installée à Bruxelles, son engagement repose sur l'assurance de l'obtention des aides pour ceux qui possèdent des entreprises sises à Bruxelles et à la fois éligibles aux programmes d'aides. Grâce à cet accompagnement, fini les pertes de temps et les stress qui découlent des longues démarches administratives. En plus, vous ne payez ses services qu'après avoir obtenu les aides auxquelles vous avez droit.

Entrepreneurs et banque : le verre à moitié ple...

Les résultats du premier Observatoire de la confiance des TPE envers leurs banques ont été diffusés ces derniers jours. Et ces derniers sont équivoques. D'un côté, plus de 80% des dirigeants des dirigeants de TPE estiment que la confiance en leur banque est élevée ; mais de l'autre côté, seuls 67% des Dirigeants qui ont éprouvé une difficulté lors d'un besoin de financement font confiance à leur banque, ce taux baissant même à 44% pour celles ayant dû faire face à un refus de financement. Explications.  Crédits Photo : BNP Paribas Banque Privée Les résultats étaient attendus. Pour sa première édition, l'Observatoire de la confiance des TPE envers leurs banques, outil piloté par la Médiation du Crédit, a rendu un verdict pour le moins partagé. Dans le cadre de cette enquête, ce sont près de 4 500 TPE qui ont été sondées afin d'étudier et analyser leur (mé)contentement vis-à-vis de leur partenaire financier. Et le premier enseignement de l'enquête correspond à une réalité souvent rappelée : pour 56% des Dirigeants de TPE, la demande de financement s'est heurtée à au moins une difficulté. Parmi les difficultés : demande importante de garanties ou cautions personnelles (1 cas sur 3) ou encore lourdeurs administratives (30%). Ce qui a un rôle fort sur le rapport entre entrepreneurs et partenaires financiers... Le verre à moitié vide ? Dans la réalité, les difficultés rencontrées par les dirigeants jouent sur la confiance que ces derniers accordent à leur banque. Le « taux de confiance » mesuré par le baromètre s'élève ainsi à 96,6% chez les dirigeants qui n'ont jamais eu de problème de financement, contre 67,6% chez ceux qui ont rencontré une difficulté. Ce taux descend même à 44% pour les dirigeants ayant dû faire face à un refus total de la part de la banque. La qualité de la relation entre le dirigeant et son conseiller bancaire est à cet égard citée comme le principal facteur de confiance ou de défiance envers la banque, très nettement devant la « capacité d'accompagnement et de soutien en cas de difficulté ». Autrement dit, la confiance prévaudrait dans la majorité des cas où aucun problème n'est apparu entre les différentes parties prenantes. Le verre à moitié plein ? Mais les résultats au global sont tout de même forts et correspondent à une tendance à la hausse. Parmi ces résultats très positifs : La confiance des TPE envers leur banque est élevée : 80,6%Pour la moitié des dirigeants elle tient à la relation avec le conseiller bancaireLes TPE estiment que leur conseiller leur fait confiance (près de 9/10) Alors que le sujet du financement est comme toujours crucial dans le cadre de la gestion et du développement de l'entreprise, nul doute que les résultats de cette première édition seront largement partagés et commentés. Et vous, le verre, vous le trouvez à moitié vide ou plein ? A.H. 

5 solutions de financement alternatif pour fina...

 Ce n’est un secret pour personne : le besoin de liquidités concerne tous les entrepreneurs. Et même s’il s’agit d’un défi, cela ne doit pas décourager pour autant. En effet, à côté du financement bancaire traditionnel se présentent aujourd’hui plusieurs types de financement alternatifs qui séduisent de plus en plus les porteurs de projet. Parmi les 5 solutions de financement professionnel qui seront présentées ci-dessous, les entrepreneurs n’ont plus qu’à définir celle qui sera la plus adaptée à leur situation.Crowdfunding par donUne variante fascinante du financement participatif, le crowdfunding par don consiste à collecter des fonds en ligne auprès d’investisseurs particuliers dont la contribution peut donner lieu à une contrepartie ou non.En général, le don sans contrepartie ou donation-based crowdfunding sert à financer des projets solidaires (associations...). Les donateurs financent via la plateforme sans rien recevoir en retour.En revanche, le don avec contrepartie ou reward-based crowdfunding consiste à offrir des récompenses aux donateurs en guise de remerciement. Les récompenses peuvent être de nature matérielle (produit ou futur produit de l’entreprise) ou immatérielle (remerciement sur le site, rencontre avec le staff...). Parmi les plateformes de don avec contrepartie les plus connues figurent KissKissBankBank, Ulule, Kickstarter ou encore Indiegogo.CrowdlendingPlus adapté aux PME, le crowdlending, quant à lui, fait référence au financement par le prêt. Donc, cela implique que les investisseurs financent via les plateformes de prêt comme Unilend, Lendix, Credit.fr, ... et reçoivent une rémunération périodique pour leur contribution (mensuelle dans la plupart du temps).Toutefois, il faut également distinguer le prêt sans rémunération du prêt rémunéré. Le prêt sans rémunération consiste à récupérer l’intégralité de l’investissement initial sans profits financiers, tandis que le prêt rémunéré permet aux prêteurs de proposer un emprunt, en fixant eux-mêmes ou non leur taux d’intérêt. Les investisseurs doivent tout de même savoir que même si les plateformes de prêt se substituent aux banques, le prêt participatif ne présente ni caution ni garantie. Autrement dit, les fonds prêtés peuvent ne pas être remboursés.LeasebackEncore peu connu du grand public, le leaseback ou cession bail est une technique de financement intéressante pour les entreprises rencontrant particulièrement des problèmes de trésorerie.Le principe est simple. L’entreprise vend à une société de crédit-bail une partie ou la totalité de ses actifs (biens d’équipement, local à usage professionnel, entrepôts...) dans le but de les récupérer par la suite en location pour une longue durée. Il faut noter que ces actifs doivent être d’une qualité irréprochable et correctement entretenus.En effectuant un leaseback, un chef d’entreprise s’offre des capitaux importants à long terme afin de financer de nouvelles immobilisations, des activités, ou consolider des crédits relais à court terme pour rééquilibrer le bilan. Bien que le leaseback soit considéré comme une solution facile pour renflouer à 100 % les besoins de trésorerie, il ne peut pas être accepté comme un moyen de générer rapidement des liquidités pour le financement des activités déficitaires.Affacturage 2.0Solution de financement à court terme destinée aux TPE et PME, l’affacturage 2.0 se présente comme un processus d’affacturage entièrement dématérialisé, sans engagement ni garantie personnelle. Le financement se fait via une Fintech et le déblocage des fonds s’effectue dans les délais les plus courts. Aujourd’hui, Finexkap et Edebex comptent parmi les plateformes d’affacturage 2.0 qui ambitionnent de révolutionner le financement du cycle d’exploitation des entreprises.Fondée en juillet 2012, Finexkap propose un modèle de cession de facture 100 % en ligne et un déblocage de fonds sous 72 heures. Pour pouvoir financer les factures, la plateforme est elle-même financée par de grands investisseurs institutionnels. Et comme toute entreprise faisant recourt à un factor, il existe une commission d’affacturage, une commission de financement et d’autres frais annexes à payer en contrepartie de la prestation.Edebex, quant à elle, a été fondée en Belgique en 2013. Pour améliorer la gestion de trésorerie des entreprises en mauvaise passe, la Fintech propose également une solution financière digitalisée qui permet de transformer une créance en cash en 72 heures. En guise de commission, Edebex prélève entre 1,45 % et 2,75 % du montant de la facture.Faire appel à un courtierAfin de faciliter l’obtention des crédits auprès des banques, nombreux chefs d’entreprise ont également recours au courtage professionnel. Le principe est de faire appel à un courtier, professionnel spécialisé dans le financement professionnel, pour pouvoir bénéficier de conseils et d’accompagnement qualifiés.Le courtier sera ainsi l’intermédiaire entre l’entreprise et la banque dans l’accomplissement d’une opération. Il prendra en charge la sélection de l’établissement de crédit, ce qui est un gain de temps, et grâce à sa meilleure connaissance du marché financier, il augmentera les chances d’obtenir une offre plus adaptée et des conditions plus avantageuses par rapport aux besoins de l’entreprise. Ce qui permet de se dispenser des recherches fastidieuses.Cependant, malgré le fait qu’un courtier soit un acteur économique incontournable dans le cadre d’un prêt bancaire, cela ne garantit pas l’obtention du meilleur taux ou de la meilleure prime d’assurance sur le marché.

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

Franchiseurs, créez une communauté avec vos franchisés

Les franchiseurs peuvent renforcer les liens avec leurs franchisés en leur offrant des services complémentaires. FORCES LMS est une plateforme E-learning équipée d'un

0

Lire la suite

QUELLES SONT CES MARQUES EMBLÉMATIQUES « MADE IN FRANCE » ?

En 2017, des Solex sont à nouveau fabriqués en France à Saint-Lô ; il s’agit d’une nouvelle version électrique du mythique vélo à m

0

Lire la suite

Dernières questions

Bonjour, j'aimerais bien avoir quelques tips concernant le SEO, je souhaiterai mieux comprendre comment obtenir des bons backlinks, et j'aimerais bien savoir qu'est-ce qu'un bon backlink. Merci !

1

Répondre

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté