Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Comment bien gérer sa trésorerie ?

Cette fiche a été rédigée par BNP Paribas.

 

Dans votre métier d’entrepreneur il est primordial que vous suiviez ce que vous facturez, les dépenses courantes, ou les encaissements à venir. Le but du jeu est simple : obtenir un délai minimal entre l’émission de la facture et l’encaissement.

 

Lorsqu’on débute une entreprise les problèmes de trésorerie sont fréquents. Souvent dus à des mauvaises évaluations du besoin de fond de roulement et/ou à une mauvaise utilisation de ses ressources financières. « ERRARE HUMANUM EST » comme dirait le vieil adage, et se tromper n’est pas grave, en tant qu’entrepreneur échouer fait avancer.

 

Voici quelques conseils pour limiter les tensions de trésorerie :

  1. Optimisation de vos stocks
  2. Négociez vos délais fournisseurs
  3. Demandez un escompte à un fournissur
  4. Etablir un plan de facturation, procéder  à des acomptes
  5. Déposez rapidement vos chèques et vos espèces
  6. Consultez vos comptes bancaires.
  7. Surveillez en permanence vos stocks

 

En savoir plus sur le suivi des encaissements et découvrir les solutions sur l'affacturage.

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Insolvabilité, non-paiement… N’ayez plus peur a...

 Insolvabilités, délais ou défauts de paiement, particularités internationales… Une entreprise, quelle que soit sa taille, doit parfois faire face à des impayés.L’assurance-crédit vient aider les entreprises pour éviter et/ou faire face à ces situations. L’assurance-crédit, quèsaco ?L’assurance-crédit est une garantie pour toutes les entreprises qui souhaitent se protéger contre les risques d’impayés, d’insolvabilités de leurs clients ou encore des contraintes extérieures liées au marché international.Ce type d’assurance permet aux entreprises d’être informées contre les risques qu’elles encourent, pour les protéger et les guider.Il s’agit également de les aider à rebondir face à un impayé, via un recouvrement, une optimisation de trésorerie ou encore des indemnisations sur les pertes générées par le non-paiement.Vous êtes une entreprise à vocation internationale ?L’assurance-crédit est également là pour vous !Chaque pays est régi par ses propres règles qui sont souvent différentes du marché français. Il faut les connaître et s’adapter.Des particularités liées au marché, des délais de paiement différents… L’assureur-crédit est également là pour vous aider dans ces nouvelles démarches et vient garantir les paiements.Good to Know :Certains montants sont assurés sur vos factures en fonction de votre contrat d’assurance-crédit. Lors d’un défaut de paiement, l’assurance-crédit garantit les sommes qui sont assurées à hauteur de l'encours défini dans le contrat. Comment Coface peut vous aider ?Avec ses offres d’assurance-crédit, Coface est là pour vous aider :Easyliner : pour une assurance-crédit TPE /PME 100 % onlineTradeliner : pour une assurance-crédit PME / ETI et contre les risques d’impayésPour tout savoir sur l’assurance-crédit cliquez ici !___________________________________Les clés du succès pour développer son entrepriseA l’heure où beaucoup de jeunes entreprises renoncent à se développer faute d’éclairages ou de conseils, Coface publie un guide éclairant et pragmatique à destination des entreprises, afin de leur donner les repères adaptés à leur taille et à leurs besoins.Cliquez ici pour télécharger le livre blanc

Les OPCVM obligataires : l’alternative aux OPCV...

Pour investir les excédents de trésorerie de votre entreprise, vous avez fait une croix sur les OPCVM monétaires : la période n’est pas propice à ce genre de placements.Avec les taux monétaires durablement négatifs, il est très difficile pour un gérant monétaire de réaliser une performance positive.En fouillant la plaquette de votre banque, vous avez envisagé la proposition suivante de la gamme : les OPCVM obligataires. Faisons le point sur ce placement et son intérêt pour la trésorerie de votre entreprise.Les principes de gestion d’un OPCVM obligataireLa principale différence entre un OPCVM monétaire et obligataire concerne l’horizon de placement. Un gérant obligataire a le droit d’acheter des titres de maturité supérieure à deux ans, alors qu’un gérant monétaire ne peut aller au-delà.Cet univers de placement élargi ouvre la porte à un rendement plus élevé, mais également à un risque plus élevé.Ne vous méprenez pas sur le rendement futurLes performances passées ne préjugent pas des performances futures : quiconque a déjà étudié un produit financier connaît ce refrain !Ces dernières années, les performances des OPCVM obligataires ont été exceptionnelles. La baisse de taux a fait grimper le prix des obligations, entraînant une hausse des OPCVM.Ce sera difficilement reproductible à l’avenir : il faudrait une nouvelle baisse des taux pour permettre une hausse aussi rapide. Le rythme de progression sera probablement bien moindre.A combien s’attendre ? Tout dépend du risque pris : les fonds obligataires sont nombreux et chacun a ses propres limites de risque.Deux principaux risques : risque de taux, risque de crédit1. Le risque de tauxUne obligation détenue jusqu’à a échéance ne présente pas de risque en capital (si l’émetteur la rembourse).Mais un fonds obligataire fonctionne différemment. Portefeuille d’obligations, il n’a pas de maturité : les intérêts et les remboursements sont constamment réinvestis pour faire croître la valeur du fonds.Cette différence le rend beaucoup plus sensibles aux mouvements de taux qu’une obligation détenue en direct.Pour de la gestion de trésorerie, hors de question donc de choisir un fonds investissant sur des obligations de maturités longues : en cas de remontée des taux, ce sont celles qui souffrent le plus.Pour déterminer cette sensibilité, vous pouvez utiliser l’indicateur fort justement nommé… sensibilité ! Visible dans les rapports mensuels des fonds, il donne l’ordre de grandeur du gain ou de la perte à attendre en cas de baisse (de hausse) des taux. Une sensibilité de 3, c’est un fonds qui perdra 3% si les taux montent de 1%, et vice-versa.Pour référence, les OPCVM monétaires ont des sensibilités très faibles (autour de 0,25).2. Le risque de créditPlus les obligations détenues dans le portefeuille sont risquées, plus elles rémunèrent.On décompose la qualité des émetteurs en deux catégories, « Investment grade » (de bonne qualité) et « High Yield » (de qualité moindre, à rendement plus élevé).Pour investir la trésorerie d’une entreprise, les fonds High Yield ne sont pas adaptés : plus volatils ils augmentent donc le risque d’avoir un cours de retrait inférieur à son cours d’entrée.Faut-il utiliser des OPCVM obligataires pour la trésorerie de son entreprise ?Si vous désirez placer votre trésorerie en OPCVM obligataires, il vous faudra d’abord :Une certitude que vos excédents sont réellement des excédents de trésorerie et qu’ils resteront disponibles (sans projet d’investissement, un excédent peut plutôt avoir vocation à être distribué en dividende)Une connaissance de votre horizon de gestion (la durée minimise le risque de perte en capital)La possibilité d’utiliser ce type de produits. Les contraintes peuvent être internes (les statuts ou les règles de gestion autorisent-ils les placements soumis à risque perte en capital ?) ou comptables (les normes IFRS imposent aux placements d’être garantis en capital et liquides à 3 mois pour être considérés comme de la trésorerie). Une fois ces écueils levés, il faudra surveiller votre investissement comme du sur le feu en cas de hausse des taux.Un dernier conseil : contrôlez attentivement les frais de gestion. Les frais de gestion des OPCVM sont invisibles pour l’investisseur car inclus dans le prix de la part, ils viennent bel et bien réduire le rythme d’appréciation du fonds, voire accentuer sa baisse !Et si, en période de taux élevés, personne ne s’offusquait lorsqu’un fonds prélevait 0,50% de frais par an, dans la période actuelle cela représente quasiment la totalité du rendement qu’un investisseur peut attendre !C’est ainsi que nous considérons que, en ce milieu d’année 2017, les OPCVM obligataires sont assez mal adaptés pour placer la trésorerie d’entreprise : leur rapport rendement/risque est insuffisant.Pourquoi ne pas viser mieux ?Pour placer de la trésorerie d’entreprise, pensez aux dépôts à terme offrant :Un rendement supérieur, connu à l’avanceUne liquidité sans risque de perte en capitalUne absence de fraisCe sont des opportunités ponctuelles pour des montants souvent plafonnés, qui nécessitent opportunisme et réactivité.Nous pouvons vous faire part des offres actuellement disponibles sur le marché !www.pandat.fr

Prêts et Crédits Impôts

Bpifrance est le principal acteur public du financement des entreprises. Le prêt sans caution ni garanties personnelles est son principal mode d'intervention pour le financement du développement des PME et TPE.   Bpifrance peut soutenir les investissements des sociétés en développement via le Contrat de développement. Ce prêt permet de financer les dépenses immatérielles liées à un investissement immobilier ou matériel. Le Prêt à long ou moyen terme concerne toute sorte d'entreprise, ayant un projet d'investissement. Contrairement au contrat de développement (qui a une durée de 6 ans), sa durée peut aller jusqu'à 15 ans. Le Prêt Croissance de Bpifrance soutient les projets d'investissements ou de croissance externe. Il finance les dépenses immatérielles et matérielles liées à cette croissance. Ce prêt a une durée de 7 ans. Le Prêt SOFIRED-PME Défense intervient pour les PME travaillant pour le secteur de la défense, ou celles situées sur les territoires touchés par les restructurations de la Défense. Ce prêt finance les projets de développement ou de croissance externe. Il a également une durée de 7 ans. Tous ces prêts interviennent en complément d'un prêt bancaire classique.     En complément a été mis en place le Crédit d'Impôt Compétitivité et Emploi. Le CICE (Crédit d'Impôt Compétitivité et Emploi) est destiné à financer la compétitivité des entreprises. Il soutient les efforts en matière d'investissement, de recherche, d'innovation, de formation, de recrutement, de prospection de nouveaux marchés, de transition écologique et énergétique, et de reconstitution de leurs fonds de roulement. Le CICE est calculé en fonction des rémunérations annuelles des salariés de l'entreprise.     Pour en savoir plus sur les aides auxquelles les TPE et PME peuvent accéder, rendez-vous ici.     Source : www.les-aides.fr  

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

UN PROFESSIONNEL DE LA TOITURE A VOTRE SERVICE A ROUSSINES (36) !

L’entreprise Chauvain Fréderic est une référence dans le domaine des travaux de toitures. Assurant la pose et la réparation de vos couvertures, elle est sollicit&eacu

0

Lire la suite

Les ETS FERRET, spécialistes des travaux paysagers à Villefontaine

Situés à Villefontaine, les ETS FERRET sont spécialisés dans les travaux d’entretien d’espaces verts et de démoussage de toiture. Nous sommes une entrepr

0

Lire la suite

Dernières questions

Bonjour, j'aimerais bien avoir quelques tips concernant le SEO, je souhaiterai mieux comprendre comment obtenir des bons backlinks, et j'aimerais bien savoir qu'est-ce qu'un bon backlink. Merci !

0

Répondre

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté