Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Cessation de paiement : comment réagir ?

Cette fiche a été rédigée par SOS Entrepreneur.

 

Il y a cessation de paiement lorsque le passif exigible ne peut être supporté par l’actif disponible.

Il y a lieu de déclarer, dans les 45 jours, la cessation de paiement auprès du greffe du tribunal (Déclaration de Cessation de Paiement).

 

Comment réagir face à une cessation de paiement ? La réponse en cliquant ici.

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Micro-entreprises, Autoentrepreneurs : ce qui c...

Quelques changements importants à savoir avant de vous lancer ou de continuer votre micro-entreprise. Bonne nouvelle: Les seuils de CA augmententEn effet, pour bénéficier du régime de l'auto entrepreneur ou micro-entrepreneur, le chiffre d'affaires annuel réalisé l'année précédente doit être au plus égal à : 82 800 € (ou 90 900 € si le CA de l'année précédente est inférieur à 82 800 €) pour :  -les activités de vente de marchandises ou de fournitures de denrées à emporter ou à consommer sur      place,  -les prestations d'hébergement (hôtels, chambres d'hôtes, meublés de tourisme). 33 100 € (ou 35 100 € si le CA de l'année précédente est inférieur à 33 100 €) pour : - les autres prestataires de services relevant des bénéfices industriels et commerciaux (BIC), - les professionnels libéraux et agents commerciaux relevant des bénéfices non commerciaux (BNC). Le compte dédié à l'activité de l'autoentrepreneur doit être ouvert dans l'annéeChaque micro-entrepreneur doit détenir un compte bancaire dédié à son activité professionnelle, séparé de son compte personnel.Ce compte bancaire doit être ouvert au plus tard 12 mois après la déclaration de la création de l'activité et non plus immédiatement. La durée de validité de l'option du micro-entrepreneur pour un régime réel d'imposition est réduiteUn micro-entrepreneur a la possibilité de changer de régime fiscal et d'opter pour un régime réel d'imposition. Cette option est prise pour une durée d'un an (et non plus de 2 ans) et est reconduite tacitement pour une nouvelle année tant que l'entrepreneur reste dans le champ du régime fiscal de la micro-entreprise. Le stage de préparation à l'installation (SPI) est aménagéLes micro-entrepreneurs exerçant une activité artisanale doivent suivre ce stage.  Cependant, s'il est impossible de commencer ce stage dans les 30 jours qui suivent sa demande, la chambre de métiers et de l'artisanat ne peut plus refuser ou différer l'immatriculation au répertoire des métiers. 

Quelles sont les particularités des non-salarié...

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l’Ordre des Experts Comptables.   Les régimes de protection sociale des travailleurs non-salariés non agricoles couvrent les artisans, les commerçants ou industriels et les professions libérales. Le RSI est l’interlocuteur social unique (ISU) pour toutes les cotisations et contributions sociales personnelles obligatoires des artisans, commerçants et industriels indépendants. Il gère aussi le régime d’assurance maladie des professions libérales, leurs cotisations de retraite étant gérées par des caisses autonomes, en fonction de leur activité. 1.       Cotisations Les cotisations personnelles sont calculées sur la base des revenus professionnels pris en compte, avant certaines déductions, pour le calcul de l'impôt sur le revenu. Ces revenus professionnels correspondent : aux bénéfices de l'entreprise si l'assuré exerce en entreprise individuelle ou de la part des bénéfices de l'assuré s’il exerce dans le cadre d'une société soumise à l'impôt sur le revenu ; à la rémunération de l'assuré s’il exerce son activité dans le cadre d'une société soumise à l'impôt sur les sociétés. A cette rémunération s'ajoutent : les dividendes perçus dépassant 10 % du capital de l'entreprise ou 10 % du patrimoine affecté pour les EIRL ; l'abattement de 10 % pour frais professionnels. Les cotisations sont calculées sur le revenu professionnel de l'avant-dernière année puis font l'objet d'une régularisation l'année suivante lorsque les revenus réels sont connus. Une fois les revenus réels de l'année écoulée connus, le montant des cotisations est réajusté à la hausse ou à la baisse : la régularisation intervient au mois d'octobre ou dès le mois de mai en cas d'option pour la régularisation anticipée des cotisations lors de la déclaration en ligne des revenus professionnels. Ainsi, les cotisations payées en 2014 sont calculées, à titre provisionnel, à partir des revenus d'activité déclarés pour 2012. Elles sont régularisées courant 2014 (mai ou octobre) en fonction des revenus perçus 2013. Les cotisations de début d’activité (première et deuxième année) sont calculées sur une base forfaitaire (voir le site du RSI : www.rsi.fr). Le travailleur non salarié peut demander à cotiser sur une base différente, à la hausse ou à la baisse, sur un revenu qu’il aura estimé. Il existe aussi des cotisations et contributions sociales minimales (voir le site du RSI :www.rsi.fr). 2.       Déclaration Les revenus sont à déclarer avant le 1er mai de chaque année sur un formulaire spécifique, la Déclaration Sociale des Indépendants (DSI). 3.       Tableau des cotisations (chiffres 2014) Cotisation Artisan Commerçant ou industriel Profession libérale Maladie-maternité Totalité du revenu professionnel : 6,50 % Indemnités journalières Dans la limite de 187 740 € : 0,70 % Néant Retraite de base Dans la limite de 37 548 € : 17,15 %   Au-delà de 37 548 € :0,20 % Dans la limite de 31 915 € (85 % du plafond mensuel de SS) : 9,75 %   De 31 915 € à 187 740 € : 1,81 % Retraite complémen-taire Dans la limite de 37 513 € : 7 % Entre 37 513 € et 150 192 € : 8 % Cotisations variables selon l’activité Invalidité décès Dans la limite de 37 548 € : 1,60 % Dans la limite de 37 548 € : 1,10 % Cotisations variables selon l’activité Allocations familiales Totalité du revenu professionnel : 5,25 % CSG/CRDS Totalité du revenu professionnel + cotisations sociales obligatoires : 8,00 % Formation profession-nelle Sur la base de 37 032 € : 0,29 % (0,17 % en Alsace) recouvré par le centre des impôts Sur la base de 37 032 € : 0,25 % (0,34 % s’il y a un conjoint collaborateur)   En savoir plus ? Rendez-vous sur http://www.experts-comptables.fr/

Quelles sont les obligations légales d'affichag...

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l’Ordre des Experts Comptables.   Toute entreprise ayant des salariés se doit de respecter certaines obligations générales parmi lesquelles figurent les affichages obligatoires. Ceux qui sont répertoriés ci-après sont communs à toutes les entreprises (dans la limite de 250 salariés) ; d’autres affichages sont plus spécifiques car liés à des événements particuliers (effectif, licenciement économique, départ en congés payés, élections des représentants du personnel, etc.). Dans un certain nombre de cas, l’affichage peut être remplacé par une information par « tout moyen » ; l’employeur peut alors soit mettre sur son intranet les informations en question soit les afficher.   1.1     Liste des affichages obligatoires communs à toutes les entreprises Coordonnées de l’inspection du travail Afficher sur le lieu de travail l’adresse, le numéro de téléphone et le nom de l’inspecteur compétent (art. D 4711-1 C. tr.) Médecin du travail et services d’urgence Afficher sur le lieu de travail l’adresse, le numéro de téléphone du médecin du travail et des services de secours d’urgence (art. D 4711-1 C. tr.) Avis d’existence des accords collectifs Afficher sur le lieu de travail l’avis comportant l’intitulé des accords collectifs de travail applicables et le lieu où les textes sont tenus à la disposition du personnel ainsi que les modalités propres à permettre à tout salarié de les consulter, pendant son temps de présence, sur son lieu de travail (art. R 2262-3 C. tr.) Sont notamment visés : la convention collective, les accords collectifs (exemple : accord de participation, d’intéressement, accord de prévoyance, accord RTT, etc.) Dispositions relatives à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Afficher sur le lieu de travail le texte des articles L 3221-1 à L 3221-7 du code du travail concernant l’égalité de rémunération entre les hommes et les femmes (art. R 3221-2 C. tr.) Lutte contre les discriminations Afficher sur le lieu de travail les coordonnées du service d’accueil téléphonique ayant pour mission la prévention et la lutte contre les discriminations raciales (le numéro est le 08.10.00.50.00) (Loi n° 2008-496 du 27 mai 2008, art. 7) Afficher sur le lieu de travail les articles 225-1 à 225-4 du code pénal Ou informer de ces dispositions par tout moyen sur le lieu de travail ou à la porte des locaux où se fait l'embauche (art. L 1142-6 C. tr.) Congés payés Affichage de la période des congés payés qui doit être portée à la connaissance du personnel au moins 2 mois avant son ouverture (art. D 3141-5 C. tr.) Affichage de l’ordre des départs en congé dans les ateliers, bureaux et magasins au plus tard un mois avant le départ en congés payés (art. D 3141-6 C.tr.) Harcèlement moral et sexuel Informer les salariés par tout moyen du texte de l’article 222-33-2 du code pénal relatif au harcèlement moral et du texte de l’article 222-33 du code pénal relatif au harcèlement sexuel sur les lieux de travail (art. L 1152-4 C. tr. et 1153-5 C. tr.) Durée du travail Affichage de l’horaire collectif (art. L 3171-1 et D 3171-2 C. tr.) Affichage des jours de repos collectif autres que le dimanche ou, le cas échéant, tableau des repos hebdomadaires individualisés (art. R 3172-1 C. tr.) Affichage du travail de nuit (art. L 3122-33 C. tr.) Affichage du programme indicatif de la modulation du temps de travail (art. L 3122-2 C. tr.) Affichage du nombre de semaines que comporte le cycle et, pour chaque semaine du cycle, de la répartition de la durée du travail (art. D 3171-5 C. tr.) Sous-traitance Affichage par le sous-traitant du nom et de l’adresse de l’entrepreneur principal qui lui a confié les travaux Affichage dans les ateliers, chantiers, magasins (art. D 8232-1 C. tr.) Consignes d’incendie Afficher sur le lieu de travail, les passages et portes de sorties, des consignes de sécurité : issues, matériel d’extinction, matériel de sauvegarde, personnel chargé d’utiliser le matériel, signal d’alarme, avertissement aux pompiers (art. R 4227-37 et 38 C. tr.) Document unique de prévention des risques Information des travailleurs sur les modalités d'accès au document unique d'évaluation des risques et les mesures de prévention des risques identifiés dans ce document (art. R 4121-4 C. tr.) Interdiction de fumer Mettre en place sur le lieu de travail une signalisation apparente rappelant le principe de l’interdiction de fumer sur les lieux de travail et indiquant les emplacements mis à la disposition des fumeurs (art. R 3511-1, R 3511-2, R 3511-6 C. santé publique) Santé et sécurité des salariés Afficher le rôle du service de santé au travail et, s’ils existent, des représentants du personnel en matière de prévention des risques professionnels Afficher le cas échéant les dispositions du règlement intérieur sur la réglementation en matière de santé et de sécurité Afficher les consignes de sécurité incendie et instructions ainsi que l’identité des personnes chargées de la mise en œuvre des mesures d’évacuation (art. R. 4141-3-1 C. tr.) Accidents électriques Affichage des consignes et premiers soins à donner aux victimes d’accidents électriques en attendant l’arrivée du médecin ou des secours, dans tout établissement où se trouvent des locaux réservés à la production, la conversion ou la distribution de l’électricité contenant soit des installations électriques du domaine haute tension, soit des installations électriques du domaine basse-tension dont les parties actives sont accessibles sans l’aide d’outil ou de clef, des locaux, dits à risques particuliers de choc électrique, où la présence de parties actives accessibles résulte d’une nécessité technique inhérente aux principes mêmes de fonctionnement des matériels ou installations (Décret 78-72 du 20-1-1978, JO 24, modifié par décret 92-141 du 14-2-1992, JO 16)     1.2     Liste des affichages obligatoires soumis à condition d’effectif Règlement intérieur (obligatoire dans les entreprises d’au moins 20 salariés) Affichage (pouvant être remplacé par une diffusion du texte) de l’ensemble des clauses du règlement intérieur (art. R1321-1 C. tr.) Délégués du personnel (entreprises de plus de 11 salariés) Affichage sur le lieu de travail ou information par tout moyen permettant de conférer une date certaine sur les modalités d’organisation des élections et notamment la date du 1er tour (art. L 2314-2 C. tr.) Affichage des listes électorales Affichage ou information par tout moyen permettant de conférer une date certaine du procès-verbal de carence en l’absence de mise en place ou de renouvellement de l’institution (art. L 2314-5 C. tr.) Comité d’hygiène et de sécurité (entreprises de 50 salariés et plus) Affichage de la liste nominative des membres du CHSCT et de leur emplacement de travail habituel (art. R 4613-8 C. tr.) Comité d’entreprise (entreprises de 50 salariés et plus) Affichage sur le lieu de travail ou information par tout moyen permettant de conférer une date certaine sur les modalités d’organisation des élections et notamment la date du 1er tour (art. L 2324-3 C. tr.) Affichage des listes électorales Affichage ou information par tout moyen permettant de conférer une date certaine du procès-verbal de carence en l’absence de mise en place ou de renouvellement de l’institution (art. L 2324-8 C. tr.) Licenciement économique dans une entreprise de 50 salariés et plus Le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) est affiché si un licenciement économique d’au moins 10 salariés a été opéré dans une entreprise de 50 salariés, sans représentants du personnel (art. L 1233-49 C. tr.). Plan d’action destiné à assurer l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes (entreprises de plus de 50 salariés) Afficher une synthèse du plan d’action sur les lieux de travail et, éventuellement, par tout autre moyen adapté aux conditions d’exercice de l’activité de l’entreprise A tenir à disposition de toute personne qui la demande et à mettre sur le site intranet de l’entreprise (art. L 2323-47 et L 2323-57 C. tr.)   2     Autres affichages liés à des circonstances particulières Si un horaire collectif est pratiqué dans l’entreprise, il faut l’afficher (art. L 3171-1 C. tr.). Si un licenciement économique a été notifié, l’employeur doit informer par tout moyen de la liste des postes disponibles qu’il doit proposer au salarié licencié pour motif économique dans le cadre de sa priorité de réembauchage (art. L 1233-45 C. tr.). Si l’entreprise adhère à une caisse de congés, il faut afficher les coordonnées de la caisse d’affiliation (art. D 3141-28 C. tr.). Si des travaux à domicile sont effectués par des salariés, les modalités d’exécution des tâches (temps d’exécution des travaux, frais d’atelier et frais accessoires, prix de façon ou salaires applicables à ces travaux) doivent être affichées (art. R 7422-12 C. tr.). En cas de travaux de bâtiment ou de génie civil pour lesquels l’effectif prévisible dépasse 20 salariés à un moment quelconque des travaux et dont la durée doit excéder 30 jours ouvrés, ainsi que les travaux dont le volume prévu est supérieur à 500 hommes par jour, affichage par le maître d’ouvrage, sur le lieu de chantier, du texte de la déclaration préalable faite auprès de l’inspecteur du travail, l’OPPBTP et la caisse régionale d’assurance maladie du lieu de l’opération (art. L 4532-1 et R 4532-2 C. tr. et R 4532-3 C. tr.). Pour les entreprises du bâtiment, affichage par tout entrepreneur sur le chantier de son nom, raison ou dénomination sociale et de son adresse dès lors qu’il travaille sur un chantier ayant donné lieu à la délivrance d’un permis de construire, et ce, pendant la durée de ce chantier (art. R 8221-1 C. tr.). Points de vigilance : Si l’employeur ne procède pas aux affichages obligatoires, non seulement diverses sanctions sont encourues, en cas de verbalisation par l’inspecteur du travail, mais surtout le salarié peut généralement prétendre à des dommages et intérêts. Si, par exemple, l’horaire collectif n’est pas affiché, l’inspection du travail demandera à l’employeur de fournir des décomptes horaires journaliers pour chaque salarié. Il faut être également vigilant sur l’affichage relatif au document de sécurité, compte tenu de l’obligation de résultat qui pèse sur l’employeur en la matière. Aussi, il est important de vérifier que l’entreprise procède à ces affichages obligatoires.   En savoir plus ? Rendez-vous sur http://www.experts-comptables.fr/

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

Spécialisée dans l’installation, la réparation et l’entretien des chaudières à gaz

Basée à Montrouge et à Ballainvilliers dans l’Essonne, NRGIGAZ est à votre service pour tous les travaux touchant le système de chauffage au gaz. Avec plus de

0

Lire la suite

Entreprise spécialisée dans la petite maçonnerie à Saint-Michel-Mont-Mercure et aux alentours

JH Maçonnerie fournit diverses prestations dans le domaine de la petite maçonnerie. Les particuliers peuvent également la solliciter pour tous travaux de tonte de gazon, de nettoy

0

Lire la suite

Dernières questions

Le cadre légal de la formation en entreprise

1

Répondre

Ratios financiers normatifs de la start-up, site internet

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté