Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Bien protéger sa marque pour développer son réseau de franchise

Cette fiche est rédigée par Toute la Franchise.

 

La marque est un élément essentiel du contrat de franchise. Elle fait partie intégrante des signes distinctifs qui sont au cœur même du franchisage. D'où l'importance pour le franchiseur de bien protéger sa marque pour développer son réseau de franchise.

 

Tout contrat de franchise implique la mise à disposition par le franchiseur de signes distinctifs. Ces signes distinctifs sont la marque, l'enseigne et le savoir-faire. Or pour conférer l'usage de sa marque à ses franchisés, le franchiseur doit bien évidemment en détenir tous les droits qu'il s'agisse du nom, mais aussi des logos, et autres dessins. En d'autres termes, la marque est un élément essentiel à la validité du contrat de franchise. Sa propriété doit être avérée. Et pour être propriétaire d'une marque, celle-ci doit être enregistrée auprès de l'INPI (Institut National de la Propriété Intellectuelle) pour la France.

 

  • L'INPI, un passage obligé mais pas suffisant

Le dépôt à l'INPI marque l'antériorité en cas de litige. Le dépôt se fait sur des catégories précises que le franchiseur doit définir en amont en fonction de son activité actuelle, mais aussi de ses éventuelles activités futures qui pourraient être ajoutées dans le cadre du développement du réseau. La marque pour être acceptée à l'INPI doit être distinctive, c'est-à-dire qu'elle doit être facilement identifiable par le consommateur sans risque de tromperie. La marque ne doit également pas être générique, usuelle ou descriptive. Et bien évidemment, la marque doit être disponible, c'est-à-dire qu'elle ne doit pas être déjà utilisée pour des produits ou services similaires.

C'est sur ce point que trop souvent les franchiseurs risquent gros. En effet, comme déjà dit précédemment, le dépôt à l'INPI marque l'antériorité en cas de litige, il ne préjuge en rien de la disponibilité de la marque ! Clairement, l’INPI ne vérifie pas que la marque ne porte pas atteinte à des droits antérieurs au moment de son dépôt. Il est donc impératif pour le franchiseur d’effectuer des recherches d’antériorité en amont pour protéger pleinement et entièrement sa marque. Ceci vaut pour la protection en France, mais aussi à l'international, dès lors que le réseau envisage à moyen terme de dépasser ses frontières nationales.

 

  • Des risques majeurs en cas de manquement

En cas de manquement à la protection et à la propriété de la marque, le contrat de franchise devient caduc puisque la marque est un élément constitutif du contrat de franchise. Le fait que le contrat soit caduc a de lourdes conséquences sur le réseau dans son entier et non pas seulement sur le franchiseur. En effet, chaque franchisé, partenaire ou licencié étant lié à la même marque, son utilisation devient impossible pour l'ensemble des points de vente. Sachant qu'il est de la responsabilité du franchiseur de veiller à la protection de ses signes distinctifs, les partenaires sous contrat peuvent parfaitement réclamer des dommages et intérêts conséquents.

 

Bon à savoir : Le franchiseur qui dépose une marque en France dispose de 6 mois pour l’étendre sur d’autres territoires faisant partie d’une convention. Le dépôt à l'international se fait également en fonction de catégories comme en France.

 

En savoir plus.

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Et si l'Accessibilité Universelle offrait plein...

A l'aube de cette nouvelle année, il est important de poser "les bonnes intentions" - Pour les PMR souhaitant améliorer leurs confort d'accessibilité, - Pour les Commerçants souhaitant créér plus de chiffre d'affaire   La plateforme digitale Carvie.eu permet de créer cette synergie indispensable offrant le meilleur à tout un chacun

Qu’est-ce qu’un groupement momentané d’entrepri...

Cette fiche a été rédigée par Small Business France. Un groupement momentané d’entreprises (GME) est un accord privé entre entreprises qui leur permet de s’organiser pour réaliser un marché auquel elles n’auraient pu soumissionner si elles avaient été seules. Les entreprises sont dites alors cotraitantes, c’est-à-dire qu’elles accèdent toutes en direct au marché et non en tant que sous-traitantes. Le GME n’existe que pour la durée de l'exécution du marché. Il n’a pas de personnalité morale. Pourquoi répondre en GME ?La réponse en GME donne plus de poids à une candidature et permet aux entreprises de gagner à plusieurs des marchés publics inaccessibles de manière autonome.Elle renforce la capacité fonctionnelle de chacune des entreprises du GME à exécuter le marché.La mutualisation des savoir-faire, des références, des moyens humains, des moyens techniques, sont des atouts.De plus, cette démarche est généralement bien accueillie par les donneurs d’ordres publics. En savoir plus sur les étapes de la remise d'une offre dématérialisée.

Quelles sont les particularités des non-salarié...

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l’Ordre des Experts Comptables.   Les régimes de protection sociale des travailleurs non-salariés non agricoles couvrent les artisans, les commerçants ou industriels et les professions libérales. Le RSI est l’interlocuteur social unique (ISU) pour toutes les cotisations et contributions sociales personnelles obligatoires des artisans, commerçants et industriels indépendants. Il gère aussi le régime d’assurance maladie des professions libérales, leurs cotisations de retraite étant gérées par des caisses autonomes, en fonction de leur activité. 1.       Cotisations Les cotisations personnelles sont calculées sur la base des revenus professionnels pris en compte, avant certaines déductions, pour le calcul de l'impôt sur le revenu. Ces revenus professionnels correspondent : aux bénéfices de l'entreprise si l'assuré exerce en entreprise individuelle ou de la part des bénéfices de l'assuré s’il exerce dans le cadre d'une société soumise à l'impôt sur le revenu ; à la rémunération de l'assuré s’il exerce son activité dans le cadre d'une société soumise à l'impôt sur les sociétés. A cette rémunération s'ajoutent : les dividendes perçus dépassant 10 % du capital de l'entreprise ou 10 % du patrimoine affecté pour les EIRL ; l'abattement de 10 % pour frais professionnels. Les cotisations sont calculées sur le revenu professionnel de l'avant-dernière année puis font l'objet d'une régularisation l'année suivante lorsque les revenus réels sont connus. Une fois les revenus réels de l'année écoulée connus, le montant des cotisations est réajusté à la hausse ou à la baisse : la régularisation intervient au mois d'octobre ou dès le mois de mai en cas d'option pour la régularisation anticipée des cotisations lors de la déclaration en ligne des revenus professionnels. Ainsi, les cotisations payées en 2014 sont calculées, à titre provisionnel, à partir des revenus d'activité déclarés pour 2012. Elles sont régularisées courant 2014 (mai ou octobre) en fonction des revenus perçus 2013. Les cotisations de début d’activité (première et deuxième année) sont calculées sur une base forfaitaire (voir le site du RSI : www.rsi.fr). Le travailleur non salarié peut demander à cotiser sur une base différente, à la hausse ou à la baisse, sur un revenu qu’il aura estimé. Il existe aussi des cotisations et contributions sociales minimales (voir le site du RSI :www.rsi.fr). 2.       Déclaration Les revenus sont à déclarer avant le 1er mai de chaque année sur un formulaire spécifique, la Déclaration Sociale des Indépendants (DSI). 3.       Tableau des cotisations (chiffres 2014) Cotisation Artisan Commerçant ou industriel Profession libérale Maladie-maternité Totalité du revenu professionnel : 6,50 % Indemnités journalières Dans la limite de 187 740 € : 0,70 % Néant Retraite de base Dans la limite de 37 548 € : 17,15 %   Au-delà de 37 548 € :0,20 % Dans la limite de 31 915 € (85 % du plafond mensuel de SS) : 9,75 %   De 31 915 € à 187 740 € : 1,81 % Retraite complémen-taire Dans la limite de 37 513 € : 7 % Entre 37 513 € et 150 192 € : 8 % Cotisations variables selon l’activité Invalidité décès Dans la limite de 37 548 € : 1,60 % Dans la limite de 37 548 € : 1,10 % Cotisations variables selon l’activité Allocations familiales Totalité du revenu professionnel : 5,25 % CSG/CRDS Totalité du revenu professionnel + cotisations sociales obligatoires : 8,00 % Formation profession-nelle Sur la base de 37 032 € : 0,29 % (0,17 % en Alsace) recouvré par le centre des impôts Sur la base de 37 032 € : 0,25 % (0,34 % s’il y a un conjoint collaborateur)   En savoir plus ? Rendez-vous sur http://www.experts-comptables.fr/

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

Spécialisée dans l’installation, la réparation et l’entretien des chaudières à gaz

Basée à Montrouge et à Ballainvilliers dans l’Essonne, NRGIGAZ est à votre service pour tous les travaux touchant le système de chauffage au gaz. Avec plus de

0

Lire la suite

Entreprise spécialisée dans la petite maçonnerie à Saint-Michel-Mont-Mercure et aux alentours

JH Maçonnerie fournit diverses prestations dans le domaine de la petite maçonnerie. Les particuliers peuvent également la solliciter pour tous travaux de tonte de gazon, de nettoy

0

Lire la suite

Dernières questions

Le cadre légal de la formation en entreprise

1

Répondre

Ratios financiers normatifs de la start-up, site internet

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté