Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Avantage en nature : Quels cadeaux puis-je faire à mes salariés ? Par maître Julien Fouray

 

 

Le Cadeau et l’Addition

 

Pas toujours simple de faire plaisir …

Les cadeaux et les bons d’achat offerts aux salariés à l’occasion de Noël peuvent, sous certaines conditions, être exonérés de cotisations sociales.

 

 

Les cadeaux et les bons d’achat attribués aux salariés par le comité d’entreprise ou, en l’absence de comité, par l’employeur sont, en principe, soumis aux cotisations sociales, à la CSG et à la CRDS.

L’URSSAF admet qu’ils échappent à ces cotisations si le montant global des bons d’achat et des cadeaux attribués à chaque salarié, au cours d’une même année civile, n’excède pas 5 % du plafond mensuel de la Sécurité sociale, à savoir 163 € pour 2017.

Si ce seuil annuel est dépassé, un bon d’achat ou un cadeau accordé pour Noël peut tout de même être exonéré de cotisations sociales.

Son montant ne doit pas dépasser 163 € pour 2017. En outre, s’agissant des bons d’achat, ils doivent préciser leur utilisation, c’est-à-dire mentionner soit la nature du bien qu’ils permettent d’acheter, soit le ou les rayons d’un grand magasin, soit encore le nom d’un ou plusieurs magasins spécialisés (bons multi-enseignes).

Sinon le bon d’achat ou le cadeau octroyé pour Noël  est soumis, pour la totalité de sa valeur, aux cotisations sociales.

Comme rien n’est jamais simple les chèques carburants et les bons d’achat destinés à des produits alimentaires courants ne sont pas, quant à eux, exonérés de cotisations sociales.

Mais sont exonérés les bons d’achat échangeables contre des produits alimentaires dits « de luxe » dont le caractère festif est avéré (foie gras, champagne…).

Enfin, les bons d’achat et cadeaux de Noël peuvent être exonérés de cotisations sociales s’ils sont accordés aux salariés mais également à leurs enfants âgés de 16 ans au plus. Dans ce cas, le seuil de 163 € est apprécié séparément pour le salarié et pour chaque enfant

 

Joyeux Noël Félix

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Le Bail et le Boxon: Me Julien Fouray nous parl...

      Bail bail birdie ! Le commerçant qui exerce son activité dans un local qu’il loue est tenu de respecter la « destination » du bail. Autrement dit, il ne peut pas y exercer une activité de celle prévue par le bail, sauf à recueillir l’accord du bailleur. À défaut, ce dernier serait en droit de demander en justice la résiliation du bail. Cassation civile 3e, 8 juin 2017, n° 15-26208   Parfois, il est admis l’exercice d’activités implicitement incluses dans celle autorisée par le bail. Mais cette notion est floue et admise restrictivement. Ainsi, un restaurateur organisant des dîners concerts ne respectent pas la destination du bail prévoyant l’activité de « commerce de vins et restaurant, à l’exclusion de toute autre » Le bailleur a pu ainsi demandé en justice la résiliation du bail. Les juges lui ont donc donné raison.   Entrepreneur soigne ton bail si tu ne veux pas qu’à soit le boxon ! Celui-ci est un peu court si tu veux le rallonger un peu, un cas pratique ?       Me Julien FOURAY exerce en tant qu’Avocat depuis 20 ans.   Titulaire du :   -          DESS (Master 2) de Droit des Affaires et de la Fiscalité -          Diplôme de Juriste Conseil d’Entreprise (DJCE) de la Faculté de Droit de Nancy -          Certificat d’Etudes Spécialisées de Droit Economique de Droit de Montpellier   Il est lauréat de la Faculté de Droit de Nancy et diplômé ICN-Filière Grande Ecole   Spécialisé en Droit du Travail, de la Sécurité Sociale et de la Protection Sociale   Il intervient aux cotés des entreprises, sur l’ensemble des champs du Droit des Affaires, en tant que conseil ou dans la gestion de leurs contentieux.   Il est Associé-Gérant d’un Cabinet implanté en Région Grand Est, intervenant sur l’ensemble du territoire national.  Adresse de correspondance mail  : contact@cabinet-aaa.fr

Recrutement de personnes handicapées

Emploi des handicapés : ça ne s’arrange pas Le chômage pour les personnes en situation de handicap s’aggrave. Il est désormais de 21%, soit deux fois plus que la moyenne nationale. Alors que s’ouvrait lundi la vingtième Semaine de l’emploi des personnes handicapées, leur situation en France inquiète. Elles subissent en effet un taux de chômage de 21%, soit deux fois supérieur à la moyenne nationale. Chez les femmes, ce taux atteint même 55%. Pire, ces chiffres augmentent de manière considérable depuis quelques années. Entre 2011 et 2015, le nombre de personnes handicapées au chômage a augmenté de 65%. La durée moyenne de présence sur les listes de Pôle Emploi est d’ailleurs de 800 jours en moyenne, 200 de plus que pour l’ensemble des inscrits. Entreprises et Education nationale en première ligne Mais comment expliquer de tels chiffres ? Les raisons sont nombreuses, à commencer par le monde du travail lui-même. En effet, malgré une obligation pour les entreprises de plus de 20 salariés d’employer des salariés reconnus comme travailleurs handicapés dans une proportion de 6% de l’effectif, elles sont une majorité (52%) à préférer s’acquitter de la cotisation auprès de l’Agefiph (Association de gestion du fonds pour l’insertion des personnes handicapées). Mais cela ne suffit pas à expliquer une telle exclusion du marché du travail, car les raisons sont en réalité plus profondes. Si l’on se penche sur les résultats de l’Education nationale dans ce domaine, on se rend compte que 74% des personnes handicapées ont un niveau d’instruction inférieur au baccalauréat. Il appartient donc d’abord à l’école de former ses étudiants de manière à faciliter leur insertion sur le marché du travail.

Qu’est-ce qu’un groupement momentané d’entrepri...

Cette fiche a été rédigée par Small Business France. Un groupement momentané d’entreprises (GME) est un accord privé entre entreprises qui leur permet de s’organiser pour réaliser un marché auquel elles n’auraient pu soumissionner si elles avaient été seules. Les entreprises sont dites alors cotraitantes, c’est-à-dire qu’elles accèdent toutes en direct au marché et non en tant que sous-traitantes. Le GME n’existe que pour la durée de l'exécution du marché. Il n’a pas de personnalité morale. Pourquoi répondre en GME ?La réponse en GME donne plus de poids à une candidature et permet aux entreprises de gagner à plusieurs des marchés publics inaccessibles de manière autonome.Elle renforce la capacité fonctionnelle de chacune des entreprises du GME à exécuter le marché.La mutualisation des savoir-faire, des références, des moyens humains, des moyens techniques, sont des atouts.De plus, cette démarche est généralement bien accueillie par les donneurs d’ordres publics. En savoir plus sur les étapes de la remise d'une offre dématérialisée.

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

UN PROFESSIONNEL DE LA TOITURE A VOTRE SERVICE A ROUSSINES (36) !

L’entreprise Chauvain Fréderic est une référence dans le domaine des travaux de toitures. Assurant la pose et la réparation de vos couvertures, elle est sollicit&eacu

0

Lire la suite

Les ETS FERRET, spécialistes des travaux paysagers à Villefontaine

Situés à Villefontaine, les ETS FERRET sont spécialisés dans les travaux d’entretien d’espaces verts et de démoussage de toiture. Nous sommes une entrepr

0

Lire la suite

Dernières questions

Bonjour, j'aimerais bien avoir quelques tips concernant le SEO, je souhaiterai mieux comprendre comment obtenir des bons backlinks, et j'aimerais bien savoir qu'est-ce qu'un bon backlink. Merci !

0

Répondre

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

2

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté