Filtre : Tous

Icon Utilisateur

Affecter le salarié à d'autres fonctions : comment procéder ?

Cette fiche vous est proposée par Wolters Kluwer.

 

Changer un salarié de poste implique de vérifier s'il y a, ou non, modification de son contrat. Il peut aussi être utile de prévoir une période probatoire et de savoir comment réagir si elle n'est pas concluante. Rappel des règles indispensables.

 

  • Quand l'accord du salarié est-il requis ?

> Modification du contrat de travail. Le changement de poste est subordonné à l’accord du salarié lorsqu’il constitue une modification de son contrat de travail. À l’inverse, s’il s’analyse comme un simple changement des conditions de travail, l’employeur n’a pas à recueillir l’accord de l’intéressé. Ainsi, dès lors que le changement de poste ne modifie pas le degré de subordination du salarié, que sa rémunération, sa qualification et son niveau hiérarchique sont conservés, il s’agit d’un simple changement de ses conditions de travail [Cass. soc., 10 oct. 2000, n° 98-41.358]. Au contraire, si le changement de poste est substantiel et affecte d’autres éléments comme le lien de subordination, la rémunération ou la qualification du salarié, il y a modification du contrat de travail [Cass. soc., 3 nov. 2005, n° 03-47.628].

 

REMARQUE

Si le nouveau poste oblige le salarié à changer de lieu de travail, son accord ne sera pas requis dès lors que ce poste se situe dans le même secteur géographique ou que l’intéressé est soumis à une clause de mobilité géographique.

 

> Clause de mobilité fonctionnelle. Le contrat de travail peut contenir une clause selon laquelle le salarié pourra être amené à assurer d’autres tâches relevant de sa qualification. Dans ce cas, le changement de poste ne nécessite pas l’accord de ce dernier. Il en ira toutefois autrement si « l’économie fonctionnelle du contrat de travail » est mise en cause. Dans ce cas, il y a modification du contrat de travail [Cass. soc., 7 juin 2006, n° 04-44.815 : changement de fonctions accompagné du retrait d’avantages matériels].

 

ATTENTION

Si le changement de poste correspond à une sanction (rétrogradation), l’employeur doit respecter la procédure disciplinaire. À noter, à cet égard, que n’est pas considéré comme une sanction un changement d’affectation consécutif à un retrait d’habilitation à la conduite dès lors qu’il répond à un impératif de sécurité [Cass. ass. plén., 6 janv. 2012, n° 10-14.688].

 

  • En cas de refus, le salarié peut-il être licencié ?

Oui, si le changement de poste constitue un simple changement des conditions de travail. Un licenciement pour cause réelle et sérieuse sera justifié mais il n’en sera pas forcément de même s’agissant d’un licenciement pour faute grave. La Cour de cassation considère en effet que le refus par le salarié d’un changement de ses conditions de travail ne constitue pas à lui seul une faute grave [Cass. soc., 23 févr. 2005, n° 03-42.018 ; Cass. soc., 12 mai 2010, n° 09-41.007].

 

  • Y a-t-il des changements de fonction interdits ?

L’employeur ne peut pas changer d’affectation un salarié pour un motif discriminatoire. Tel est le cas lorsque la décision a été prise en considération, par exemple, de son origine, de son sexe, de son âge, de ses activités syndicales, de son état de santé ou de son handicap [C. trav., art. L. 1132-1].

 

EXEMPLE

Le changement d’affectation d’une salariée, au motif que sa reprise de travail en mi-temps thérapeutique était incompatible avec ses fonctions, a été jugé discriminatoire car fondé sur son état de santé alors même que l’employeur prétendait dans cette affaire avoir agi pour le bien de la salariée, qui se remettait d’un AVC, en la mutant sur un poste moins générateur de stress [Cass. soc., 30 mars 2011, n° 09-71.542].

 

  • Peut-on prévoir une période probatoire ?

> Principe. L’employeur peut accompagner le changement de poste, notamment en cas de promotion, d’une période probatoire qui aura pour objet d’apprécier les compétences du salarié dans ses nouvelles fonctions. Toutefois, la période probatoire ne peut être imposée au salarié. Elle doit faire l’objet d’un accord exprès de ce dernier et donc être établie par écrit [Cass. soc., 16 mai 2012, n° 10-24.308].

 

> Échec de la période probatoire. Si, à l’issue de la période probatoire, l’employeur estime que le salarié ne remplit pas correctement ses nouvelles fonctions, il doit le replacer dans celles qu’il occupait précédemment [Cass. soc., 30 mars 2005, n° 03-41.797].

 

  • Comment procéder avec un salarié protégé ?

L’employeur qui souhaite affecter un salarié protégé à un nouveau poste doit impérativement obtenir son accord, même s’il s’agit d’un simple changement de ses conditions de travail [Cass. soc., 6 avr. 1999, n° 97-40.499]. De même, à l’issue d’une période probatoire non concluante, l’employeur ne pourra replacer le salarié dans ses fonctions antérieures qu’avec son accord [Cass. soc., 30 sept. 2010, n° 08-43.862]. En cas de refus du salarié, l’employeur doit soit le maintenir à son poste, soit saisir l’inspecteur du travail d’une demande d’autorisation de licenciement.

Partager cet article !

Réagir à cet article

Ces articles pourraient vous intéresser

Qu'est-ce que le document unique d'évaluation d...

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables.   A compter du 1er janvier 2015, le document unique d’évaluation des risques évolue pour tenir compte des nouvelles obligations de l’employeur en matière de pénibilité.   Nouvelles mentions Le document unique devra désormais comporter, en annexe, de nouvelles informations. D’une part, il devra mentionner les données collectives utiles à l’évaluation des expositions individuelles aux facteurs de risques professionnels mentionnés dans la fiche individuelle. D’autre part, il devra indiquer la proportion de salariés exposés aux facteurs de risques au-delà des seuils. Cette proportion est actualisée lors de la mise à jour du document unique. Cette donnée constitue l’un des critères déterminant le champ d’application des entreprises soumises à l’obligation d’être couvertes par un accord ou un plan d’action relatif à la prévention de la pénibilité. Elle permet également de déterminer le nombre de salariés devant être déclarés au titre du compte pénibilité.    Sanctions Le défaut d’établissement conforme ou de mise à jour du document unique est passible de l'amende prévue pour les contraventions de 5e classe. Selon l’administration, le défaut de mise à disposition à l’égard des représentants du personnel constitue un délit d'entrave et, à l'égard des inspecteurs et contrôleurs du travail, une infraction de 3e classe, voire un délit d'obstacle à leur mission si ce défaut est volontaire. Le salarié pourra également demander des dommages-intérêts pour compenser le préjudice lié à l’absence de document unique d’évaluation.   Défaut d’établissement ou de mise à jour Défaut de mise à disposition des représentants du personnel Défaut de mise à disposition des inspecteurs et contrôleurs du travail Sanction pénale Contravention de 5e classe : Personne physique : 1 500 € Personne morale : 7 500 € Montants doublés en cas de récidive dans un délai d’un an. Délit d’entrave : 3 750 € d’amende 1 an de prison* Contravention de 3e classe : Personne physique : 450 € Personne morale : 2 250 € Délit d’obstacle : 3 750 € d’amende 1 an de prison Doublé en cas de récidive Sanction civile Dommages-intérêts demandés par le salarié Dommages-intérêts demandés par les représentants du personnel   * Au jour de la rédaction du présent ouvrage, le projet de loi « Macron » prévoit de supprimer la peine de prison mais d’alourdir la peine financière en contrepartie.     En savoir plus sur le Compte Personnel Prévention de la Pénibilité (C3P). 

Les avantages et inconvénients d'une Société pa...

Cette fiche vous est proposée par le Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts Comptables.   La Société par Actions Simplifiée (SAS) fait partie des principales formes d'entrepreneuriat qui existent en France. Retour sur les avantages et inconvénients de ce statut juridique.   Principaux avantages En termes de responsabilité : Limitation de la responsabilité des actionnaires à leur apport au capital social, sauf demande de garantie personnelle d'un actionnaire En matière d'organisation et de fonctionnement : Liberté pour organiser les règles de gouvernance de la société Maintien possible du caractère familial et intuitu personae sous cette forme juridique Faculté d'avoir un associé unique Possibilité de désigner une société comme Président de la SAS Obligation d'avoir un Commissaire aux Comptes que dans certains cas Au plan financier : Capital social fixé librement En termes de marché : Crédibilité de cette forme juridique sur le marché national et international Structure adaptée à des projets d'envergure Au plan social : Régime social des assimilés-salariés pour le Président Cotisations sociales du Président calculées sur sa seule rémunération Au plan fiscal : Option pour l'Impôt sur le Revenu pour les sociétés de moins de 5 ans sous certaines conditions En matière de développement et de transmission : Faible fiscalité liée à la transmission des actions   Principaux inconvénients Formalisme rigoureux lors de la constitution liée à la possibilité d'organiser librement les règles de gouvernance dans la structure   En savoir plus sur la création et le fonctionnement d'une SAS.

Durée du travail : vers qui se tourner pour obt...

Cette fiche vous est proposée par Wolters Kluwer.   De nombreuses règles en matière de durée du travail sont assorties de la possibilité, pour l'employeur, d'obtenir une dérogation. A qui doit-il s'adresser ? Le point sur la question.   Existe-t-il une règle générale ? L’autorité administrative compétente est celle dont dépend l’établissement qui emploie les salariés concernés par la dérogation, à savoir :    l’inspecteur du travail pour les demandes de dérogations relatives au travail de nuit et à la durée maximale journalière ;     le directeur régional des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (Direccte) ou, par délégation, le responsable de l’unité territoriale, ou encore, par subdélégation, l’inspecteur du travail, pour les demandes relatives à la durée maximale hebdomadaire. L’établissement est défini comme l’unité de travail disposant d’une autonomie de gestion, comme en matière de représentation du personnel. La règle est la même lorsque le lieu de travail est distinct de l’établissement de rattachement. Ainsi, même si les salariés visés par la demande n’exécutent pas leur travail au sein de l’établissement auquel ils sont rattachés, l’autorité compétente est celle dont dépend ce dernier. Celle-ci doit cependant consulter l’autorité administrative du lieu de travail avant de prendre sa décision. Lorsque l’entreprise est dotée d’établissements distincts et que plusieurs d’entre eux sollicitent une dérogation reposant sur un même motif (par exemple si le lancement d’un nouveau produit entraîne une augmentation de la durée du travail dans tous les établissements), chacun doit s’adresser à l’autorité compétente le concernant. Mais une concertation entre les différents décisionnaires est là encore indispensable, la coordination étant assumée par l’autorité administrative compétente pour le siège social de l’entreprise.   ATTENTION Si l’entreprise a des établissements distincts au sens des délégués du personnel mais avec un comité d’entreprise unique, l’autorité administrative compétente est celle de l’établissement où se trouve celui-ci.   Que faire en cas d'urgence ? En cas de situation inhabituelle, l’employeur qui veut obtenir une dérogation à la durée journalière et/ou hebdomadaire de travail (par exemple pour faire face à des intempéries) doit solliciter l’autorité administrative compétente pour son établissement, en précisant les lieux de travail concernés dans sa demande. L’autorité compétente prend sa décision après avoir rapidement contacté les différents agents concernés. Si l’employeur saisit à tort l’autorité administrative du lieu de travail pour obtenir une dérogation, celle-ci accuse réception de la demande, transmet le dossier à l’autorité administrative compétente, puis avise le demandeur du résultat de sa démarche. Elle doit en outre le renseigner sur les possibilités légales de déroger de sa propre initiative à la durée maximale journalière.   A qui s'adresser en cas d'intervention d'une entreprise extérieure ? Lorsqu’une entreprise utilisatrice sollicite une dérogation à la durée du travail, il se peut que des salariés appartenant à des entreprises extérieures interviennent dans ses locaux et soient donc concernés. C’est alors à l’entreprise extérieure de demander une dérogation à l’autorité administrative dont dépend l’établissement de rattachement de ces salariés. Et il incombe à l’autorité administrative de l’entreprise utilisatrice d’assurer la coordination nécessaire à la prise de décisions cohérentes entre elles.   EXEMPLE Une entreprise, installée à Rouen, intervient dans les locaux d’une société située à Bordeaux et sollicite une dérogation à la durée journalière suite au réaménagement des locaux de son client. La section compétente est celle de Rouen et la coordination est assurée par la Direccte d’Aquitaine.   Quid dans les situations internationales ? En cas de travaux réalisés à l’étranger par une entreprise française, l’autorité administrative française n’est pas compétente pour se prononcer sur une demande de dérogation concernant cette intervention, bien que le salarié concerné soit rattaché à un établissement situé en France. Lorsqu’une entreprise étrangère réalise des travaux sur le territoire français, elle doit demander une dérogation si elle souhaite dépasser les durées maximales de travail. En l’absence d’établissement en France, c’est l’autorité administrative du lieu de travail des salariés concernés qui est compétente. En cas de lieux de travail multiples, le service sollicité s’assure auprès de l’entreprise de la localisation des autres lieux d’intervention et se rapproche des autres décisionnaires dans un souci de cohérence.

Vous avez un nouveau message

Une question ?

Interrogez la
communauté

En direct
du forum

Derniers articles

20 ans d'expérience en électricité générale au service de Nespouls (19) 24h/24 et 7j/7

SARL DE FREITAS ELECTRICITE est une entreprise d’électricité située Nespouls. Elle opère dans tout le département de la Corrèze et les départemen

0

Lire la suite

Et si la fidélisation devenait synonyme de développement commercial ?

« Mais, la fidélisation client, c’est exactement cela ! » me diront beaucoup d’entre vous. Et pourtant. Etes-vous certain que, dans vos organisations, l

0

Lire la suite

Dernières questions

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

2

Répondre

Bonjour, je souhaite développer en marketing une stratégie avec des blogueurs et influenceurs pour augmenter la visibilité d'un site mais je ne sais pas bien comment m'y prendre. Que me conseillez-vous ?

0

Répondre

Une question ?

Interrogez la
communauté